Ce n’est qu’un au revoir !

J’ai le sentiment de ne plus m’être posée devant mon clavier depuis une éternité. Je suis passée d’un ou deux articles par semaine pendant le confinement à… rien, nada, wallou pendant plus d’un mois.

Certaines circonstances ont fait que le temps a manqué. Comme l’amputation d’un des membres de mon équipe. Maudit skateboard des enfers ! Rassurez-vous, il est dans le plâtre mais il va bien. Seulement les choses se sont accélérées pour les membres encore debout. À tel point que j’avais à peine le temps d’écrire ne serait-ce qu’une ligne pour ma chronique.

Je dois avouer aussi que je n’avais pas franchement hâte de l’écrire, ce billet. J’ai peut-être, inconsciemment, tout fait pour repousser ce moment… mais, il est temps de coucher mes pensées une dernière fois pour la chronique « Vis ma vie d’alternante ». 

Car oui, dans quelques jours, la vie d’alternante sera derrière moi.

Le 1er aout, je vais dire adieu à ce statut qui fut le mien pendant 5 ans. Plus de « Qu’est-ce qu’elle a encore fait la stagiaire du 1er ? » ; plus de « Ce n’est pas ma faute, j’apprends encore ! » et surtout plus de réductions étudiantes ! Adieu la CAF, adieu les -20% chez le coiffeur, adieu le pass Imagin’air.  Les APL vont sincèrement me manquer (ainsi qu’à ma banquière…).

C’était pour moi de très belles années, avec certes des doutes et des échecs mais qui m’ont fait grandir, mûrir et me « trouver » enfin professionnellement. Quand cette chronique était seulement une idée, je ne me sentais pas capable de parvenir à écrire sur plusieurs sujets chaque semaine et surtout jamais je n’ai eu à l’esprit que mes billets pourraient être appréciés. Aujourd’hui avec plus d’une quarantaine d’articles rédigés en 1 an et demi et des réactions plutôt positives, j’ai beaucoup de mal à lui dire au revoir. Et puis, soyons honnêtes, se faire dessiner la tronche, chaque semaine, pour l’illustration qui l’accompagne, ça flatte l’égo !

Moi ? Narcissique ?

Il est important de transmettre à mon tour et de montrer que peu importe le milieu, la fonction… la plus jeune génération rencontrera des situations analogues mais certainement aussi drôles. Il lui appartiendra de la chroniquer

Cette série s’achève pour laisser la place à d’autres récits, d’autres situations qui nous feront rire, pleurer, réagir… avec un regard nouveau, plein de jeunesse et pas encore marqué par la vie professionnelle. 

J’arrête là ma pseudo dépression sur fond de Mylène Farmer.

Je ne vous apprends rien mais quand il y a une fin, il y a forcément le début de quelque chose de nouveau.

Ce début pour moi, c’est mon entrée dans le nouveau monde inconnu du CDI ! Ça y est, il est signé, acté et trône fièrement sur mon bureau. J’hésite même à l’encadrer. Je poursuis donc mon petit bout de chemin dans le domaine du marketing, de la communication et de l’événementiel. Il est temps de passer le flambeau de ma chronique, je l’espère à le (la) futur(e) alternant(e) qui intégrera notre équipe en septembre.

Cela dit, cette fin ne signifie pas pour autant mon abandon de l’écriture… Je pense avoir assez de matériel par rapport à ma future vie de salariée d’entreprise. Il me reste juste à trouver le bon angle… 

Je souhaite à tous les alternants de trouver leur voie (et leur voix) pour pouvoir montrer, écrire, dessiner tous les côtés de l’alternance, les bons comme les mauvais, à ceux qui n’ont jamais tenté l’aventure. Car celle-ci demeure, plus que jamais, une expérience inoubliable, formatrice, et le meilleur tremplin qu’on puisse imaginer pour démarrer une carrière. 

Avant de clore ce pan de ma vie, j’aimerais quand même prendre le temps d’écrire quelques remerciements.

Merci à mon tuteur/mentor qui m’a accompagnée avec beaucoup de bienveillance durant mes 2 dernières années d’études.

Merci à mes précédents tuteurs également, qui m’ont beaucoup apporté en termes d’expertise métier et regard sur le monde du travail.

Merci à tous mes collègues qui m’ont de près ou de loin toujours soutenue, même dans mes moments de doutes et de remise en question.

Merci à tous mes camarades de classe avec lesquels j’ai eu la joie d’apprendre dans la bonne humeur et de stresser avant l’annonce des résultats de l’année.

Merci à mes parents pour leur soutien indéfectible au cours de mes 5 années d’alternance… et toutes les précédentes.

Et merci à toi. Toi qui me lis pour la énième fois, merci d’avoir participé à cette chronique en me gratifiant d’un p’tit like à la fin de ta lecture.

À très vite donc, toujours avec ma plume mais avec un esprit plus aiguisé et sous un intitulé différent.

Bon été à tous et restez prudents.

Oriana l’alternante… mais seulement pour quelques jours encore !

Articles récents

Partagez cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

COVID-19

Recrutement & e-learning 100% en ligne

Pendant le confinement – les cours continuent et les inscriptions sont ouvertes 😊